« Plusieurs Clans, une même destinée » « A l'ombre des cerisiers se joue leur avenir... » « Entre l'ombre et la lumière, qui choisira la destinée des Clans ? »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i'm wasting my young years —

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messager des Nébuleuses.
Guerrier
Guerrier
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 22/06/2015

MessageSujet: i'm wasting my young years —   Lun 22 Juin - 18:45

MESSAGER DES NEBULEUSES
❝ Show me your animal ❝

   • NOM : Messager des Nébuleuses.
   • ÂGE : Trente-deux lunes.
   • SEXE :  Masculin
   • CLAN : Mistral.
   • RANG : Guerrier.
   • FAMILLE ÉVENTUELLE : //

   

PSEUDO: Queen.  • ÂGE : 13 ans • CODES DU RÈGLEMENT : codes murmurer par le givre PRÉSENCE : On verra.
   
DESCRIPTION PHYSIQUE

.Once upon a time I was a fool
To cool for school, gangster cruel
Blood in blood out, pull the trigger, no doubt
Lucky motherfucker you don’t know what I’d do to yo
u


— C'est quoi au fond une étoile, c'est juste un tâche non ? Mais attends, t'a déjà vu une tâche avec des yeux bleus ? T'a déjà regardé une tâché de plus prêt ? Bah viens, je vais te montrer ! Parce que toutes les tâches ne sont pas pareilles et qu'elle sont toutes des palettes de nuances incomprises.

Le Messager est un grand chat, il est du genre mince, effroyablement mince et frêle, on croirait pouvoir le briser en deux. Sous ses os saillants pourtant se cache une force, une véritable force. Ennuyé par la chasse, c'est un guerrier, un guerrier qui sait se battre et qui a tout en main pour se battre. Qui sait dans quel combat il va, qui réfléchit, stratège et efficace. Mais peut être faible, maladif. C'est un matou qui fait penser que son clan va mal, le malade. Il est grand dans sa tête, pas forcément dans son corps du moins pas dans le son où on voudrait l'entendre . C'est un matou assez beau quand même, il a son charme, des yeux bleus qui vous fusillent, des petits crocs bien pointus, un pelage brun tigré. Ouais, il est pas mal. Sa tête est presque entièrement brune, un défaut de fabrication peut être ou simplement un autre mystère et miracle de la vie . C'est ce qu'il aime dire. Mais il y a une chose à retenir de cette petit étoile, c'est bien sur son air minable. Parce qu'au fond des yeux, vous pouvez voir qu'en soit c'est vrai. Il est faible, ôtez lui le code, ôtez lui ses mots. Même avec ses griffes acérées, il n'ira pas loin. Parce qu'il est hésitant, qu'il doute. Il doute.
Douter n'est pas pas permis dans ce monde brute.


— Chat tigré à la tête entièrement brune
— Se croit responsable de la mort de son mentor lors d'une agression par deux banni
— Possède une foi infinie mais n'adhère pas au code
— Fait un sacré dragueur avec ses blagues pourries et sa vision du monde très..romantique.  

   
DESCRIPTION CARACTÈRE


So brutal when the words are on
The tip of your tongue,
So strange when your tired eyes won't
Shut your brain down.

— Avez vous déjà regardé le ciel, je veux dire, l'avez vous vraiment bien regardé ? Je ne parle pas de juste faire basculer votre regard vers les milliards de petites étoiles vaines dans le ciel, non, je ne vous parle de ça. Je vous parle du ciel, de l'infinité qui nous écrase, face à laquelle nous ne sommes rien d'autres que des petits points, un peu comme ces étoiles, mais des étoiles qui ne brillent avec autant d'entrain et de passion. Un ciel sans fin ou s'enchaîne nébuleuses et constellations. Je vous parle de ce ciel là, ce ciel que l'on aimerait toucher, mais que l'on ne pourra toujours que rêver. Oui, tu vois maintenant ? Que ressens-tu face à celà ? Tu te sens petit, plein d'admiration.
C'est comme ça qu'il ressent le monde.

Le messager, car on ne peut que le surnommer comme ça, est une personne ouverte. Très ouverte. Beaucoup trop ouverte. Si le ciel n'a pas de frontières alors pourquoi la terre en aurait-elle ? Voilà un peu la plus grande des lois qui régit et guide sa vie. Le Messager ne veut pas faire la différence entre un matou de son clan et un matou d'une autre tribu, parce qu'il sont tous des chats. Les chats sont des chats, les étoiles sont des étoiles. Entre les deux  il n'y a rien. Pourquoi s'entêter à chercher des barrière pour séparer la nature ? L'eau sillonne dans la terre, pourquoi les chats ne vont t-ils pas là où leur cœur les guide ? Le Messager pourrait être traité de lâche, mais au fond, quand il parle, pouvons vraiment le dire qu'il a tort ? Et qui sommes nous pour avoir raison ? Le Messager est lucide, il n'entend pas le code, il l'écoute, il s'approprie chacune des règles pour les contourner, pour y trouver les failles. Il voit là où l'on a décidé d'arrêter de regarder parce que la vérité était trop douloureuse et que personne n'aime la vérité et son prix. Le Messager est un emmerdeur, mais il en est tellement gentil qu'on ne peut pas contester ses paroles. Voyez vous, c'est comme dire non à un petit chaton qui vous fait de grands yeux ronds pleins de tendresses. Il faudrait être un monstre pour refuser. Certains le font, d'autres sourient juste face à la naïveté et l'espoir qui brille dans son coeur.

Sauf que Le Messager n'est pas un chaton, et le problème est là. C'est un matou adulte, un guerrier. Et il semblerait que les rêves ne soient plus permis à son âge, ce qui est bien triste. Alors parfois il voudrait être une étoile, il aimerait qu'on l'écoute, que ses mots aient une portés, qu'il ne soit pas juste du vent, qu'il ne soit pas comme ce vent qui souffle dans la lande. Indispensable au clan en soit, mais que tout le monde ignore sans cesse, car le vent est invisible, il ne peut être qu'entendu. Mais qui écoute le vent ? Le Messager ne veux pas être ce petit minet niais que personne n'écoute, que personne ne comprend. Il aimerait être comme tout le monde et être respecté, car il a son propre caractère et ne se laisse pas faire. On ne le dirait pas comme ça mais il peut se montrer très cruel, méchant voire profondément insultant. Le Code du Guerrier et les étoiles sont ses armes, il s'en sert comme il le veux, comme son humeur le lui indique. Quitte à être un personnage que l'on pourrait même trouver pathétique. Il s'accroche à des choses vaines.
Mais la vie est vaine, pourtant elle vaut la peine d'être vécue. Alors mêmes si les rêves sont vains, il valent la peine d'être rêvés. Et il s'accroche.

Rêveur — Lointain — Pieux — Méthodique — Stratège — Réfléchi — Sérieux — N'en fait qu'à sa tête — Désobéissant — Fort — Manque de Confiance en soit — Amical — Sociable — Légèrement Lunatique — Ne sait pas dire non — Convaincant quand il le veux — Fait confiance aux gens.

   
L'HISTOIRE DE TON CHAT

Heaven we hope is just up the road
Show me the way, lord because I am about to explode

— La mort est beaucoup de choses, pour certains une fatalité, pour d'autre juste un passage, une porte qui s'ouvre là où d'autres se ferment. La mort est comme la vie, inqualifiable car trop de choses peuvent la décrire sans jamais être profondément véridique. La mère de Messager des Nébuleuses cependant, avait une vision de la vie différente. Bien avant que le chaton ne naisse, elle eût de nombreuses conquêtes sans succès. Elle était incapable d'avoir des chatons. Pourquoi donc ? Pourquoi ne pouvait-elle pas donner la vie ? Pouvait-elle donner la mort ? Elle arrivait à se demander si elle ne devait pas rejoindre les assassins solitaires. Elle se sentait inutile à son clan, à sa communauté et incapable d'honorer sa famille. Après des nombreux échecs cependant, sans doute les étoiles eurent pitié d'elle et décidèrent de lui offrir ce qu'elle désirait tant. Une portée. L'inespéré se produisit donc durant la saison des feuilles mortes. Les deux parents avaient peur de perdre leurs enfants et lors de la naissance cette peur devint réalité.  Trois petits chatons sortirent du ventre de leur mère, cadeau des ancêtres, l'un était gros, l'autre normal et le dernier fin et si petit qu'on aurait pu le briser rien qu'en le prenant dans ses pattes. Songe Mélancolique comprit que tous ne survivraient pas.Le premier qui était pourtant le plus gros mourut de froid, le second était mal formé. Et le dernier aurait surement subit le même sort si sa mère n'avait pas continué à croire, à contempler cette créature qui même faible représentait la vie qu'elle avait toujours voulue. Alors elle resta près du chaton mourant et attendit. Quelques secondes. Et elle sentit sa faible respiration, ce petit souffle vain.
Petit Messager était née.

Petit Messager était peut être bien une étoile tombée du ciel. Il passait ses nuits à contempler le ciel et sa mère lui racontait toujours à quel point il était important de croire. En quelque chose, pas forcément de croire les clans célestes, mais croire. Croire qu'il y a une entité qui régit nos actes, quelqu'un qui a une justice. Croire. Et si cette tendre mère ne lui avait pas dit ces belles choses, sans doute Messager des Nébuleuses serait-il déjà mort. Dès son plus jeune âge on constata sa différence, il n'était pas avec les autres, préférait les adultes et buvait les paroles des gens sans broncher, sans parler. Toujours dans le respect, sans jamais nier ses rares fautes. Mais en ayant l'audace de les comprendre, les justifier et se défendre. Avec des vrais arguments. Mais il était beaucoup trop distant au goût de ses camarades qui finirent pas se moquer de lui. Petit Messager était le plus grand des chatons de la pouponnière, il était mince et frêle cependant, et cela attisa les plus amères critiques. Jusqu'à même douter de sa parenté. Il avait un physique de guerrier du  du clan de l'orage un jour, celui d'un autre le lendemain, pas celui du clan du mistral disait-on, il était un sang mêlé, un impur. Un paria. Nébuleuse prit peur des autres, il avait peur de ces gens qui disait sans comprendre, qui critiquait sans voir. Ces enfants qui n'écoutait pas, qui ne se rendait pas compte des choses. Il ne comprenait pas pourquoi lui il pouvait comprendre. Car si il avait un physique faible, si il n'était pas taillé pour le combat à cet âge, il avait la sagesse des anciens. Sa mère lui avait transmis toutes les bonnes choses de ce monde, mais avait oublié de le prévenir du mal.
Et ça allait causer sa perte.

Nuageux Messager était un apprenti...dissident. S'il y a bien une chose en laquelle il ne croyait pas,  c'était le code du guerrier. Et il le faisait savoir, car dans son innocence maladive, il croyait que les adultes pourraient écouter un enfant. Erreur. Il ne fit que raviver la flamme des moqueries et on le considéra encore plus pour un chaton adopté, jusqu'à même s'en prendre à sa mère. Nuageux Messager ne respectait pas les frontières, les trouvait dépourvues de sens. Pourquoi des chats, ayant les mêmes croyances, les même rites, les mêmes sentiments, se séparait des autres ? Pourquoi y avait-il un Mistral, un Orage, un Gui, une Cendre alors qu'ils étaient tous une même infinité ? Cela, en plus de ses questions, désespéra son mentor. On songea à le faire guérisseur, mais face à un malade il perdait les pédales. Alors ce mentor prit son courage à deux mains et enseigna tout ce qu'il savait. En vain, pensait-il, Nébuleuse posait trop de questions, il était trop sage et avait peur de faire mal. Il n'avait rien d'un guerrier, rien d'un guérisseur ? Qu'était-il donc ?
La réponse arriva dans une bataille.
Alors que Murmure du Ressac était en mauvaise posture, il vit Nuageux Messager débarquer de nulle part, enragé. Et il eu un déclic à ce moment là, en voyant un être cher en danger. Nuageux Messager n'était pas comme les autres, il prenait le temps de réfléchir, il prenait le temps de peser chacun de ses actes, mais si l'on s'en prenait à son clan, à ceux en qui il tenait, alors son jugement volait en éclat et il laissait sa rage dominer. Nuageux Messager s'autorisait les choix, il ne suivait pas juste la marche, il la faisait avancer. Il ferait un leader parfait, songea son mentor. Il lui manquait encore quelque chose. Il lui manquait la douleur, il lui manquait le mal. Murmure du Ressac savait que Nébuleuse ne s'en sortirait pas s'il n'apprenait pas à parfois abandonner ses pensées et agir du tac au tac.
Sinon, il finirait par mourir.

Sauf que, hélas, Messager des Nébuleuse fraîchement nommé guerrier, ne pouvait pas être chef. Ce n'était pas dans ses ambitions et il ne respectait pas le code du guerrier. Il ne le comprenait pas, il ne voulait pas imposer cela à ses guerriers. Il continua ses escapades même après qu'il soit devenu un grand enfant. Mais il ne connaissait pas encore la peur, celle qui dévore vos membres, et il allait l'apprendre. Il allait apprendre à douter de lui, à avoir peur, à connaître la souffrance et la perte. Du jour au lendemain cette joie de vivre amusante quitta son corps pour laisser place à l'incertitude et au chagrin. Cela se passa loin de ses terres. Un jour qu'il marchait tranquillement, il rencontra un groupe de solitaires. Il tenta de s'excuser, d'user des mots si précieux, d'être amical. Mais ces chats là n'étaient pas des clans. Ils n'avaient pas idée de ce qu'était la pitié. Il lui bondirent dessus, usèrent de la force du nombre. Trois. Trois décidèrent le torturer un peu. L'un prit la fuite à cause de ripostes désespérées de Nébuleuse, l'autre le cloua au sol et le troisième le tortura. Il n'avait jamais vu autant de sang, son sang. Quand la mort vous guette, vous vous rendez compte à quel point la vie n'est qu'un emprunt, à quel point vous auriez du profiter de chaque chose vécue. Vous regrettez. Et au porte de la mort, Nébuleuse regretta de ne pas avoir été comme tout le monde, il regretta tout son savoir. Ses yeux commencèrent à se fermer quand il le vit. Murmure du Ressac.
L'ancien mentor avait noté sans y faire plus attention l'absence du guerrier, mais personne ne peut briser ce lien silencieux qu'il y a entre apprenti et mentor. Il avait cédé à ses impulsions instinctives et avait suivi la trace de son apprenti. Quand il vit cette enfant, baignant dans son sang et si faible, il se rendit compte à quel point son monde était devenu vicieux, sans aucun respect pour la vie. Il se demanda alors à quoi servait la sienne, lui qui tuait ses proies, il songea à ces chats qu'il avait terrassé, aux familles qui avaient du pleurer toutes les larmes de leurs corps. Il bondit sur les deux solitaires et les terrassa à son tour. Mais il ne réussit qu'à les faire fuir.
Au fond c'était le plus important. Nébuleuse allait pouvoir rentrer. Sans lui...cependant.

Quand notre héros ouvrit les yeux, il se rendit compte qu'il était encore en vie. Très faible mais encore vivant. Les souvenirs revinrent quelques instants après comme un immense coup de patte dans ses tripes. Il se releva avec peine, chercha Murmure du Ressac. Il était faible, blessé, mais l'hémorragie s'était arrêtée. Il chercha partout, autour de lui, le mentor si fière, debout. Trouva une boule de sang endormie. La peur, la peine, toutes ces choses qu'on avait oublié de lui apprendre traversèrent son corps à une vitesse fulgurante et il s'écroula en larme. Hurlant à la mort.
Espèce d'idiot ! Pourquoi es-tu venu, pourquoi toi ? Murmure du Ressac réveille toi, le clan à besoin de toi. Tu aurais fait un si bon lieutenant...je t'en prie, ouvre les yeux. Je..je dois aller chercher notre guérisseur.. mais c'est si loin.. Oh Murmure du Ressac qu'ais-je fais...
Il s'en voulait, mortellement. Il ne pouvait rien faire et même s'il avait pu, il n'aurait pas ramené Murmure du Ressac. Messager des Nébuleuses mit du temps à revenir, il traîna du mieux qu'il pu le corps de celui qui lui avait tant appris, de celui qui avait donné sa vie pour lui. Qui l'avait compris. Qui l'avait aimé, malgré tout. A son retour au camp, il ne cacha à personne la vérité, le regard des autres changea alors à ce moment. Ce n'était pas de la haine qui naissait dans leur yeux, certains oui, d'autres prenait pitié. Et d'autres encore, ressentait de la compassion. De la compassion pour cette pauvre bête qui voulait juste voir les étoiles, qui voulait juste explorer le monde. Qui voulait juste vivre. Qui voulait maintenant devenir une étoile, pour illuminer le ciel, pour aider son clan. Pour prouver à son mentor qu'il pouvait le faire.On lui confia un apprenti. Et les lunes passèrent, silencieuses. Le doute continua de le ronger. Messager des Nébuleuses avait définitivement perdu son caractère enfantin, il était devenu grand. Trop grand.

Il ne croyait plus en lui, avait peur de mal faire, avait peur tout simplement. Mais toute ses choses font de lui quelqu'un de vivant, quelqu'un qui ressent les choses, qui sait maintenant à quel point la vie est précieuse.
Quelqu'un qui malgré toute sa peine et sa douleur garda la tête haute.
Pour Murmure du Ressac.
Pour sa mère.
Pour son Clan.
Pour lui.
   
CODAGE PAR PUPPY SUR LG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile de Givre
Chef
Chef
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 16/05/2015
Age : 17
Localisation : Dans le Clan du Givre
Humeur : A vous arracher les oreilles ! Mais non, je blague... ou pas

MessageSujet: Re: i'm wasting my young years —   Lun 22 Juin - 19:11

J'aime beaucoup la présentation de ton personnage Smile
Je valide les codes, te donne ta couleur ainsi que ton rang Very Happy



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shadoworlightfor.forumactif.org
 
i'm wasting my young years —
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (m) libre, maybe i'm wasting my young years
» I'm Wasting My Young Years- Maya
» ✿ maybe i'm wasting my young years. (uc)
» wasting my young years ☆ lorcan
» + wasting my young eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadow or Light for Clans ? :: Premiers pas :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: